Un nouvel intru dans nos vignes : La Flavescence Dorée

Vendredi 13 Septembre forte mobilisation des vignerons Santenois (plus de 150 professionnels présents) pour une large prospection du vignoble afin de détecter les cas de flavescence dorée (FD). Cette maladie est une jaunisse de la vigne particulièrement contagieuse et incurable causée par un micro organisme qui circule dans la sève. Introduite en Europe depuis les Etats Unis dans les années 1920, elle est présente dans la plupart des vignobles du sud de la France depuis les années 1950. La première observation de FD en Bourgogne remonte à 2004 dans une plantation de Saône et Loire.

La maladie se transmet par un insecte vecteur : la cicadelle de la FD (scaphoidus titanus) Cet insecte, qui présente une génération par an, acquiert le phytoplasme de la FD lors de la prise alimentaire (piqure) sur un pied infecté et après une période de latence d’un mois le transmet à d’autres pieds de la même façon.

Cette maladie a un caractère hautement épidémique car l’insecte vecteur vit et se nourrit uniquement sur la vigne.

Connaissant très peu de chose sur la FD, la seule méthode de lutte consiste à l’éradication du  vecteur par un insecticide. Et la pratique est rendue obligatoire sur notre département par un Arrêté Préfectoral…..

Le producteur Bio se sent alors piégé. Il a l’impression que l’on prend un bulldozer pour écraser une mouche !!!

Dans l’urgence et face à l’obligation administrative, nous avons obtempéré en utilisant un insecticide bio non toxique pour les typhlodromes et les abeilles, que nous positionnons  en Juillet. Mais nous ne sommes pas dupes. Un seul insecticide bio est autorisé en France, contrairement à d’autres pays. Cette absence de concurrence à des conséquences sur le prix du produit qui pénalise encore plus les producteurs Bio.

La grande mobilisation de la profession viticole et des services de l’Etat contre ce que certains appellent le « sida de la vigne » ne doit pas nous aveugler. Il faut s’interroger sur les conséquences d’une lutte obligatoire, sur l’environnement, la faune auxiliaire, et également sur l’image des vins de Bourgogne. Les insecticides chimiques utilisés dans cette lutte contre la cicadelle de la flavescence dorée, comme tous pesticides, présentent des risques pour  la santé des professionnels de la vigne et des populations environnantes. Les plans d’action mis en place doivent être connus par les populations concernées et leurs élus.

Voilà pourquoi, j’ai rejoins le Collectif de Vignerons contre la Flavescence Dorée qui demande :
    L’obligation d’une prospection collective annuelle
    L’obligation d’arrachage des pieds présentant les symptômes de FD et son contrôle
    Détermination d’un seuil de contamination
    Mise en place d’un zonage précis pour les traitements obligatoires
    Elaboration d’un calendrier de sortie des traitements obligatoires
    Recherche de méthodes alternatives à la lutte chimique
    La présence du Collectif dans les réunions d’orientation de la lutte

Voilà pourquoi, je soutien mon collègue Emanuel GIBOULOT, viticulteur Bio à BEAUNE. Il est convoqué devant le tribunal d’instance de Beaune pour « refus d’effectuer les mesures de protection des végétaux contre les organismes nuisibles ».
Il encourt jusqu’à six mois d’emprisonnement et 30000€ d’amende !
    Dans cette affaire les organismes d’Etat ont sortie la grosse artillerie. Ils ont su convaincre les politiques et les professionnels à débloquer d’importants budgets pour des stratégies arrêtés dans la précipitation et qui posent de nombreux problèmes.
    Alors, pour imposer la « juste voie » comme au bon vieux temps de l’inquisition on cherche à « faire un exemple » avec Emmanuel GIBOULOT !

CHAPELLE : Le Haut-Village, 21500 Santenay
Téléphone: 03 80 20 60 09 - Fax: 03 80 20 61 01
- Email: contact@domainechapelle.com
- Internet: http://www.chapelle-vins.com

Bienvenue sur domainechapelle.com

Pour visiter notre site, vous devez avoir l'âge légal pour consommer de l'alcool dans votre pays de résidence.